La beauté couture façon Chanel

                                                                                                                                            

Le défilé Haute Couture Printemps-Été 2015 de Chanel nous a tous enchantés. 
Entre le rose poudré et le noir envoutant, entre les voilettes, chapeaux 
volumineux et fleurs onctueuses, on ne savait plus vraiment où donner de la tête. 
Karl Lagerfeld a fait du Grand Palais un jardin qui cachait de belles plantes 
peintes avec délicatesse. Le voile laissait entrevoir un maquillage frais et
printanier, qui est pour le coup, en accord parfait avec la nouvelle collection
beauté " Rêverie Parisienne ". Obtenir une " beauté couture " est
donc possible à notre plus grand bonheur. 

Pour les joues : " Jardin de Chanel "
Pour les yeux : " Les 4 ombres
Pour la bouche : " Lèvres Scintillantes "

© Chanel 



Le très beau minimaliste de Filippa K






En ce moment, à Stockholm, les meilleurs créateurs montrent ce qu'il faut porter pour l'automne prochain. Pour le coup, toute mon attention s'est concentrée sur la maison Filippa K. Les jupes droites en cuir avec un col roulé épais (clin d'oeil à Vuitton ?), la marinière sous une veste chinée grisonnante, robes en laine (clin d'oeil à Stella ?) et tout petit sac en cuir... Minimaliste à souhait. Filippa K c'est suédois et cette marque a vu le jour en 1993 grâce à Filippa Knutsson et Patrik Kihlborg. L'envie de créer des vêtements sophistiqués était plus forte que tout et une année plus tard, c'est toute la Scandinavie qui dit " Oui ! " à Filippa K. Basée sur trois valeurs ( style, simplicité et qualité), la maison qui habille aussi les hommes est reconnue à travers toute l'Europe. Ce qui est certains, c'est que l'on va complètement s'inspirer de cette collection pour l'hiver 2015 (surtout sur la silhouette où les beiges se mélangent non ?). Il est temps de fouiner sur le eshop et de se concocter l'ultime tenue qui nous fera peut être voyager quelques instants, tout là haut au nord. 
  

J’irai me promener à Londres tout de Dior vêtue



Le défilé Dior Haute Couture Printemps-Été 2015 vient de prendre fin et on peut le dire, Raph Simons est un génie ! On a voyagé dans le temps, surtout dans les années soixante-dix, on a retrouvé des robes incontournables et vibré en rythme avec des tenues toutes brillantes partout. Ce qui m'a le plus touché, ce sont ces silhouettes en vinyle/fleurie qui nous font signer pour l'Angleterre pour les prochaines vacances de printemps. N'est-elle pas captivante cette transparence sobrement colorée ? Ce côté plastique on le voit de plus en plus, je pense notamment au trench qui laisse entrevoir ce que l'on porte en dessous les jours pluvieux... Qu'elle idée formidable. Ce que j'apprécie chez Dior c'est qu'un vêtement est égal à une métaphore. Quand je vois ces capes je pense à un jardin de fleurs sauvages, insolentes et pastels, touchées par la rosée du matin. C'est poétique Dior, même cucu quand on creuse un peu, mais quelle gigantesque bouffée d'émotions ! Même l'homme  le plus glacial de la terre retrouverait un peu de chaleur face à de telles pièces et à un tel travail. Maintenant, je veux voir Elizabeth II avec une de ces parures. Je suis sûre qu'elle trouverait ça adorable et un brin royal par dessus une robe blanche ou rosée (Rappelons que la Reine d'Angleterre a une collection incroyable de parapluies transparents... Le translucide ne lui pose aucun problème.). 

La femme Ami existe


Mince alors... la collection automne/hiver de la maison très  masculine Ami était purement fabuleuse. Quand j'ai regardé le défilé, j'ai adoré me répéter à outrance que la femme Ami existe. Elle est belle cette nana, elle a une coupe de cheveux floue et les pommettes roses. Elle ne se maquille pas trop, juste une touche de mascara et ça ira. Elle marche les mains dans les poches la femme Ami, sereine, décontractée. Le matin, elle adore regarder son homme s'habiller, boire son café et partir au bureau, tout ça pour lui piquer ses vêtements une fois qu'il a le dos tourné. Elle est maligne la femme Ami. Elle adore les pantalons larges qu'elle retrousse parfois pour laisser entrevoir ses petites chevilles. Elle rentre toujours son pull dans son bas pour dessiner sa taille de guêpe. On a envie de lui voler son allure qui nous fait penser à celle de Lou Doillon ou encore à celle de Caroline de Maigret. La femme Ami elle rend le monochrome complètement luxueux mais ça elle ne le fait pas exprès. Quand on la regarde on est hypnotisé par sa prestance, son côté androgyne si naturel. On se dit qu'elle est heureuse, qu'elle doit surement voir les choses avec intelligence. On a envie de l'imiter en fait la femme Ami mais ce n'est pas si simple. C'est ça qui est fascinant c'est que cela parait facile ! On reste toujours mitigé face à l'assemblage de pièces que l'on classerait dans la catégorie "basiques", alors on ose pas par peur de nous fondre dans la masse. Pourtant, Ami c'est ça, c'est un rassemblement de vêtements incontournables qui offrent une tenue de caractère. Faut-il maintenant y arriver ! Ce puzzle est constitué de coupes et de textures différentes mais qui se marient avec aisance. La femme Ami existe et elle est vraiment sublime.

L'art d'avoir un sac à son nom






Imaginez-vous un instant porter un sac à votre nom. Sa signature est la votre, il vous ressemble un peu, le commun des mortels l'associe à vous. Le plus fou dans tout ça, c'est de se dire qu'un créateur vous a pris pour muse afin de créer cet objet complètement génial. Quelle fierté immense. J'imagine toujours cette rencontre en 1981 dans ce vol Paris-Londres. Jean Louis Dumas et Jane Birkin côte à côte. Elle devait être marrante et pour le coup inspirante à ronchonner sur les dimensions de son sac. Heureusement que ce problème existentiel a fait tilt au directeur général de la maison Hermès. Elle devait être ravie Jane. Je les vois très bien un an plus tard, dans ce bureau  qui dégage une odeur de café, dessinant de vagues croquis du fameux classique qui se fait, depuis 2012, rarissime. Le sac Birkin voit le jour en 1984 et il fascine toujours par son âme, par sa sobriété fascinante et son côté pratique. La prochaine fois que je prend l'avion je vais à mon tour râler... on ne sait jamais si je peux inspirer un designer en manque d'inspiration. Ah les belles rencontres !

Le côté androgyne plus que parfait de Vanessa Bruno

© vanessabruno





Quand je suis tombée sur le lookbook printemps/été 2015 de Vanessa Bruno la lumière fut. Cette maison je l'aime depuis toujours, je pleure à la fin de chaque défilé et elle a le don de me faire voyager. Regardez cette allure androgyne complètement sublime. On se voit déjà dans ces vêtements pour un déjeuner à l'Hôtel Amour ou pour une séance shopping un jour où le soleil printanier pointe son nez. C'est si élégant et à la fois insolent. Ce pantalon nous fait penser à Lou Doillon, cette chemise et ce blazer nous rappellent notre maman lors des repas interminables le soir en vacances. Et les couleurs on en parle ? Ce mélange crémeux, si doux à l'oeil et minimaliste à souhait rend cette tenue intelligente et réfléchie malgré sa simplicité suprême. C'est ça Vanessa Bruno, c'est simple mais fort à la fois par la coupe et les détails des pièces. Maintenant je vous ordonne d'admirer la beauté de cette nouvelle collection ici.

Pourquoi la basket vintage nous obsède-t-elle autant ?





À chaque fois que je m'offre une nouvelle paire de baskets, je peux être certaine que ma mère ou mon père me lance un petit " Oh j'avais les mêmes il y a quelques années ! ". C'est vrai que ces petites baskets Hummel, dénichées sur Defshop, révèlent un petit côté 80s grâce à ses couleurs qui nous rappellent les fameuses Americana. Qu'on se le dise, nous sommes dans un élan où la chaussure vintage est reine. Avec quoi on les porte ? Certainement avec un  total look grisonnant/chiné. La touche "sportswear" dans une tenue élégante est depuis quelques temps une belle obligation.

Poudre crème


Manteau : Issa
Jupe : Acne Studios 
Pull : Helmut Lang 
Escarpins : Jimmy Choo 
Lunettes : Le Specs 
Sac : Chloé